Home Le Monde selon Owen Acribologie

Acribologie

793
1
SHARE

On peut rater sa vie à cause d’un seul mot.

Amélie Nothomb – Biographie de la faim (2004)


« La magie des mots qui sourd de façon lénitive »

Dans le Monde selon Owen, les mots sont précieux. Inestimables, plus précisément. Chaque mot doit être judicieusement élu pour donner le meilleur de lui-même.

Les mots sont l’essence même de l’homme, cet être parlant, dont « l’inconscient est structuré comme un langage » (Jacques Lacan). Voilà pourquoi Owen revendique son acribologie : souci de précision extrême dans le choix des mots.
Non, les mots ne sont ni anodins ni interchangeables. Les mots disent les choses, et ils nous identifient, bien au-delà de notre idiolecte linguistique, ou de notre rang social, et de notre supposée culture.

Pour Owen, chaque mot a un devoir de vérité. Il ne doit souffrir d’aucune approximation, et se faire le porte-parole fidèle de la pensée. Il peut être tranchant et volontaire ou, à l’inverse, usé et fatigué, comme un rasoir qui n’a plus l’âme à raser. Certains sont dolents, d’autres sont fangeux, tandis que d’autres encore transsudent un mélange d’incurie et d’impétuosité. Inutile de les gourmander, les mots font ce qu’ils peuvent, et rares sont ceux qui chercheront à vous jobarder. Ne soyez donc pas timoré ou pusillanime, car si vous les choisissez bien, les mots pourront se montrer affriandants et vous offrir un dictame presque édénique. C’est la magie des mots qui sourd de façon lénitive.

« La réponse à la question n’est pas obvie »

Bien entendu, il existe des mots piégeux qui pourraient vous faire sombrer de l’autre côté de l’entendement. Ce sont les fameux termes polysémiques, parfois imbus d’eux-mêmes, car ils revêtent plusieurs significations totalement différentes, voire antinomiques. Inutile toutefois de les haranguer, car ils ne sont pas veules pour autant. Prenons un exemple, vous arrivez en retard, tout quinaud que vous êtes, et le professeur vous demande à brûle-pourpoint « Faut-il défendre la démocratie ? ». Après une première réponse dilatoire, et même si vous êtes perclus de doutes, il vous faudra bien répondre pour de bon. Nul ne peut demeurer pleutre éternellement, et encore moins arguer de sa propre turpitude pour rester sans mot dire. La réponse vous paraît simple ? Lisez la suite, elle pourrait vitement vous faire changer d’avis de façon immarcescible.

« Défendre la démocratie ? », nous en étions là. Voilà un verbe à l’œil torve qu’il n’est pas prudent de cueillir au pied levé. En effet, terme polysémique par excellence, il peut signifier deux notions presque antinomiques. S’agit-il de « défendre » au sens de « lutter pour, promouvoir, sauvegarder, protéger » ou bien « défendre » dans son acception « d’interdire formellement, de proscrire, d’empêcher » ? Désolé de vous canuler avec cette interrogation qui s’impose de façon hyaline, car la réponse à la question n’est pas obvie. Owen sait très bien qu’entre « Défense d’afficher, loi du 29 juillet 1881 » et « Défense des droits de l’Homme », il y a un grand écart. Le substantif dérivé du verbe « défendre » est identique et pourtant, il constitue souvent un attrape-minette, lorsqu’il n’est pas contextualisé.

« Éviter toute forme d’acrimonie »

Faut-il défendre la démocratie ?

Alors, « Faut-il défendre la démocratie ? », comme l’ont fait Staline et Mao ou comme l’ont fait Roosevelt et Gandhi ? Owen se focalise sur les mots, car les réponses lui importent peu tant il est convaincu qu’il n’existe pas de bonne réponse à une question mal posée. Choisir le mot juste, c’est aussi suggérer, dire plus que le mot lui-même. C’est éviter toute forme d’acrimonie, en se faisant bien comprendre, ne pas s’inhiber et pouvoir jouir des effets roboratifs de certaines discussions. Par exemple, lorsqu’une mère de famille, honnête et valeureuse, parle de son second enfant, il serait extrêmement malvenu de lui demander si elle a d’autres marmots. Si sa descendance allait au-delà de deux, elle aurait à bon escient utilisé l’adjectif numéral « deuxième ». Quiconque parle de son deuxième enfant annonce officiellement qu’il y a au minimum un troisième chérubin. En revanche, le « second » marque un terminus.

Vous n’êtes pas convaincu ?

Owen pourrait multiplier les exemples pour les plus obtus d’entre vous, dodelinant les mots, comme les enfants le font avec la tête.
« Persuader » et « convaincre » : encore un monde qui sépare ces deux verbes. Il en va de même pour « inclinaison » et « inclination », impossible d’utiliser l’un à la place de l’autre. Quant à « feu » et « défunt », cela serait extrêmement gênant de les croire synonymes ou substituables en toute circonstance. Feu Christophe chantait Les mots bleus, tandis que le défunt Jacques Brel nous apportait des Bonbons. Qu’ils en soient ici remerciés.

« Un patrimoine que nous lèguerons à nos enfants »

acribologie

Dans le Monde selon Owen, les mots sont des trésors qu’il faut protéger. Comment ? En les faisant vivre, en les utilisant à bon escient, en les respectant tant dans leur utilisation, que dans leur prononciation ou encore leur orthographe. Owen abhorre cette engeance qui maltraite les mots, utilisant le premier venu, comme on prend la première paire de chaussettes qui nous tombe sous la main le matin, à moitié réveillé. Un mot, quel qu’il soit, est toujours précieux. Il doit être choisi, pensé, élu et chouchouté.

Est-il besoin de rappeler que les mots, dans leur immense majorité, existaient avant nous, et seront toujours vivants après nous ? C’est un patrimoine que nous lèguerons à nos enfants, au même titre que la diversité des espaces animales ou la splendeur des sites protégés. Owen souffre, dès le potron-minet, en écoutant tous ces discours de « journaleux » qui semblent faire des concours de pléonasmes, à qui mieux mieux : de « comme par exemple » à l’incontournable « au jour d’aujourd’hui », tout ça pour discourir de billevesées.


Pitié pour Owen.
Pitié pour les mots.
Pitié pour Les mots d’Owen, dont le mot préféré est : écrire.


Et vous ? Quel est votre mot préféré ?

Gilles Voirin

Gilles Voirin 

Professeur agrégé & éditorialiste



Auteur du roman Les Mots d’Owen   

1 COMMENT

Comments are closed.