Home Actualité Exquis Entretien avec Julie Huleux

Exquis Entretien avec Julie Huleux

888
0
SHARE

Nombre7Chez Nombre7, on aime les auteur(e)s de romances érotiques.

Aujourd’hui, nous souhaitions laisser la parole à Julie Huleux romancière, qui écrit actuellement son 5ème roman et qui préside le Jury de notre concours : Exquis Aparté, le prix de la conversation amoureuse par SMS

Bonjour Julie, pouvez-vous vous présenter ? Racontez-nous votre parcours et comment vous en êtes arrivée à devenir auteure ?

Bonjour, je m’appelle Julie Huleux et je suis romancière. J’aime bien ce mot « romancière » parce que ça définit à merveille ce que j’écris : des romans de romance.

Je me consacre entièrement à mes activités d’auteur depuis 2014. C’est à peu près la période où j’ai signé un contrat avec les éditions Harlequin pour mon premier roman. C’est un pari risqué que je ne conseille pas aux jeunes auteurs ! En tout cas pas tout de suite…

J’ai écrit et publié plusieurs romans depuis, en édition traditionnelle et en autoédition, et je viens de signer un contrat avec les éditions J.C Lattès pour mes futurs romans.

Depuis le début de l’année, je suis aussi conférencière : j’aide des jeunes écrivains à venir au bout de leur premier roman et des romanciers confirmés à se professionnaliser, à travers des Masterclass en ligne.

Quelle est la journée type d’une auteure ? Pouvez-vous développer ?

Tous les auteurs n’ont pas la même routine, mais alors ceux qui ont plusieurs casquettes sur leur tête, comme moi, c’est encore plus particulier.

Une journée type : je prends mon petit-déjeuner en lisant mes e-mails. Au deuxième café, je migre vers mon bureau – une petite pièce rien que pour moi dans l’appartement familial — pour répondre à mon courrier. Je m’occupe aussi de répondre aux membres de mes Masterclass pour romanciers.

Deux heures après, je peux préparer ma session d’écriture, et j’écris ainsi six à dix pages de mon manuscrit en cours. Le déjeuner se cale quelque part pendant l’écriture ou après, c’est l’avantage de travailler chez soi.

Ensuite, ça dépend. Je tourne une vidéo de Masterclass, ou je prépare une conférence et transforme mon bureau en studio d’enregistrement.

J’ai toujours dans la journée un confrère ou une consœur au téléphone pour des consultations et des conseils sur sa carrière artistique.

Mes filles sont assez grandes pour se gérer toutes seules, je prends tout de même temps en fin d’après-midi de discuter avec elles de leur journée.

Vers 18 heures, plusieurs fois dans la semaine, je me rends dans une salle de sport. Deux heures de fitness (si j’ai le courage !) ou de la marche rapide sur un tapis de course tout en lisant un bouquin.

Et le soir, idéalement je le passe avec mon conjoint. Mais assez souvent, je n’ai pas suffisamment écrit pendant la journée, ou j’ai de la relecture et des corrections à faire, du coup je me rattrape jusqu’à l’heure d’aller me coucher.

Là où mon planning sort de l’ordinaire, c’est qu’il est ainsi tous les jours de la semaine, week-end et férié inclus. Je crois que je ne m’arrête que lorsque je suis malade !

Que représente l’écriture pour vous ?

L’écriture au départ c’était juste une passion. Un truc qui me permettait de m’évader et de m’exprimer, comme c’est le cas pour beaucoup d’auteurs. Je crois qu’on a tous démarré comme ça.

Aujourd’hui l’écriture c’est ma vie. Même quand je n’écris pas je suis en écriture.

J’écris mes livres, je parle d’écriture avec d’autres romanciers, avec des journalistes, des blogueurs des lecteurs, et des éditeurs… J’ai même rencontré l’homme de ma vie quand j’investiguais pour l’un de mes romans, c’est dire !

À quoi attribuez-vous votre succès ?

Mon succès d’abord est tout relatif. Je dis ça parce que je n’ai pas encore réalisé tous mes objectifs.

Pour répondre à la question, mon succès d’écrivain ne vient que de deux choses : ma façon très personnelle de donner vie à mes personnages, et ma persévérance sans faille.

Cette seconde qualité n’a rien à voir avec du talent, mais c’est à elle que je dois mon parcours. Écrire une histoire, la retravailler pour en faire un roman, trouver un éditeur, ou éditer soi-même, et communiquer pour faire connaître son livre, c’est un travail de longue haleine qui se fait avec passion mais surtout avec beaucoup de ténacité.

Qu’est-ce que vous ressentez à quelques jours de la sortie d’un roman ?

Oh c’est amusant, c’est une question qu’on ne m’a encore jamais posée !

Juste avant qu’un roman sorte, c’est la panique ! Je suis heureuse et fière, mais alors tellement inquiète…

J’écris pour mes lectrices et lecteurs, j’ai toujours à cœur de livrer une belle histoire qui les fera palpiter d’émotions. Alors forcément, quand ils ont enfin mon roman sous les yeux, c’est comme quand on fait un cadeau à une personne qui nous est chère et qu’on espère que ça lui plaira. Vous voyez ce sentiment-là ?

Quels sont les conseils que vous donneriez à de futurs écrivains ?

Conseil un : écrivez ! Régulièrement, petit peu par petit peu s’il le faut, et si vous pouvez tous les jours. Même quand vous n’êtes pas d’humeur et même quand c’est mauvais. Vous pourrez toujours couper à la relecture.

Conseil deux : lisez beaucoup. Les genres que vous aimez, que vous écrivez, et aussi autour. Stephen King le conseille aussi dans son autobiographie, car il n’y a pas mieux pour améliorer votre plume que de lire celles des autres.

Conseil trois : Ne lâchez rien. Ni votre roman, ni votre envie d’écrire, ni vos recherches d’éditeurs. Ceux qui échouent ce sont ceux qui abandonnent.

Que pensez-vous du modèle de notre maison d’édition que l’on peut qualifier de disruptif ? 

C’est amusant ça comme mot « disruptif », j’aime bien ! Moi j’aurais dit « hybride ».

Il existe une nouvelle espèce d’écrivains, ce sont les auteurs publiés chez des éditeurs pour certains de leurs romans et autopubliés pour d’autres. On appelle ça des auteurs hybrides, et j’en fais partie.

Nombre7 en apportant le meilleur d’une maison d’édition traditionnelle et le meilleur d’un modèle d’autoédition, avec son système de rémunération des droits d’auteur et le service d’impression à la demande, est à mes yeux la première maison d’édition hybride.

C’est innovant et à l’écoute des auteurs. Je trouve ça extrêmement prometteur.

Entre nous soit dit, je suis en train de chercher si je n’ai pas quelque chose d’intéressant à soumettre pour travailler prochainement avec vous sur un livre !

Que penses-tu du concours Exquis Aparté organisé par Nombre7 Editions et pourquoi as-tu décidé de devenir présidente du Jury ?

Je connais Christophe Lahondès depuis un peu plus d’un an, et je m’intéresse de près à sa maison d’édition Nombre7, dont je trouve le concept innovant. Alors quand il m’a appelé pour me parler de ce concours d’écriture, j’étais déjà conquise ! On continue dans l’innovation et la créativité, c’est très inspirant.

Je suis honorée d’être Présidente du jury pour Exquis Aparté. Ce concours permet à des auteurs de s’exprimer dans un cadre artistique différent, et ça promet quelques pépites littéraires.

J’ai pris un soin particulier à recruter les autres membres du jury, je sens que nous allons nous régaler à lire toutes ces conversations amoureuses par sms. Mais nous mettre d’accord pour élire les 10 meilleures ne sera pas forcément facile !

 

 

 

romance Nombre7

Retrouver les romans érotiques parus chez Nombre7 éditions

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here