Home Le Monde selon Owen La N

La N

8945
0
SHARE

Il n’y a que la haine pour rendre les gens intelligents.
Albert Camus — Prix Nobel de Littérature (1957)

O (O-wen)

On ne peut pas plaire à tout le monde. Owen le sait, car il a lu Le Misanthrope de Molière, et en a retenu un enseignement vital pour sa diététique de survie : « Sur quelque préférence une estime se fonde, et c’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde ». Dans Le Monde selon Garp, « nous sommes tous des incurables », dans Le Monde selon Owen, nous sommes tous des Obsédés. Par le regard des autres, par l’argent, par le travail, par l’angoisse de perfection, par la famille — quand elle existe — qu’il ne faut pas décevoir, par le fait de réussir sa vie, par la voiture qui pourrait être rayée, par l’aiguille de la balance qui pourrait s’affoler, par l’angoisse de la maladie, par le reflet du miroir ou encore par l’amour. Vous savez, cette chimère qui fait tourner le monde, semant au passage son lot de féminicides, de suicides, de déceptions, de trahisons, ou encore d’hypocrisie socialement valorisée. Mais tout ça n’est rien puisque cette imposture hormonale permet, nolens volens, d’assurer le renouvellement de la population et contribue ainsi à la survie de l’espèce humaine. Une pensée ici pour Alain de Botton : « L’amour a le pouvoir de transformer des individus ordinairement posés et sensés en paranoïaques obsédés par des pensées calamiteuses et millénaires ».

W (o-W-en)

« Wesh bro, fais pas ton boloss ! ». En parlant de renouvellement de la population, on peut jouer à la marelle, et sauter sur la case « jeune ». Que signifie être jeune aujourd’hui ? Est-ce simplement une histoire d’état civil, avec date de naissance à l’appui ? S’agit-il d’une mentalité particulière, d’un état d’esprit ou encore d’une façon de parler, de s’habiller, de manger, ou que sais-je encore ?

oklm avec ta bae, parce que t’as le seum

Dans Le Monde selon Owen, c’est avant tout une philosophie de vie, une sorte de logiciel dont on est équipé en fonction de multiples paramètres allant de sa propre biographie à son environnement plus ou moins hostile, plus ou moins frivole. Alors bien sûr, vu de l’extérieur la jeunesse peut se matérialiser par des codes linguistiques, surtout quand tu veux rester oklm1 avec ta bae2, parce que t’as le seum3 et que ton gow4 est à Alcatraz5.
Il peut également s’agir d’une façon de s’habiller, avec un pantalon roulotté à la cheville qui laisse entrevoir le haut d’un boxer Nike, à moins que ce ne soit un Gucci, un Calvin Klein ou un Tomy Hilfiger, quatre marques parmi d’autres dont la génération Z6 est particulièrement friande. Les comportements alimentaires, peuvent eux aussi, être des marqueurs générationnels, quand un « Grec sans oignon, sauce Samouraï7 » vaut mille fois mieux qu’un sandwich ou un croque-monsieur, aliments ringards par excellence.

Mais au-delà des apparences, pour Owen, la jeunesse c’est avant tout l’insouciance : cette forme de naïveté presque touchante qui donne des ailes, parce que « on n’est pas sérieux quand on dix-sept ans » (Arthur Rimbaud) et qui te dit que tout est possible.

En d’autres termes, tu vieillis, à partir du moment où tu remplaces tes rêves et tes espoirs par des regrets, quand tes yeux restent tellement scotchés au rétroviseur que tu ne vois même plus le pare-brise.

E (ow-E-n)

Épitaphe.

Avez-vous déjà pensé à ce que vous aimeriez voir inscrit sur votre pierre tombale ?

épitaphe

Quelle épitaphe pourrait vous convenir ? C’est un « vrai » sujet, comme disent les jeunes justement. Êtes-vous plutôt du genre « classique », sans relief et sans aucune originalité, prêt à verser quelques larmes face « Au regretté Duchmol, parti trop tôt. Repose en paix », ou alors êtes-vous plus drôle, plus créatif, plus surprenant ? Il ne s’agit pas de raconter la blague à Toto, mais bon, on peut imaginer d’autres idées, comme une citation qui vous est chère ou quelque chose qui vous tient à cœur. Une fois Owen est allé dans un cimetière sur les hauteurs de Nice, comme ça, juste pour se promener et profiter de la quiétude des lieux, et après s’être coltiné les dizaines de « À mon regretté époux, père exemplaire, et blablabla », il a lu « Silence, laissez-moi dormir ». Dommage qu’à cette époque les téléphones portables n’existaient pas, sinon il aurait pris une photo. Voilà une épitaphe qui a de la gueule.

Total respect

Une pensée ici pour la femme de Sacha Guitry qui aurait dit le jour de l’enterrement de son époux : « Je vais enfin savoir où il passe ses nuits ». Si cela est vrai : total respect de la part d’Owen. Sérieusement, pour celles et ceux qui optent pour l’inhumation, je vous invite à songer à votre épitaphe. Vous ne choisirez pas, a priori, l’heure du passage de la grande faucheuse, alors si au moins vous pouvez rester maître de ce qui sera gravé dans le marbre, c’est une ultime liberté à saisir.

N (owe-N)

« N. G trop la N, envie 2 R », voilà encore un SMS de nos amis les jeunes. Traduisez : « Haine. J’ai trop la haine, envie de rien ». Se pose alors la question plus générale de la haine. La haine de quoi, de qui. Quand, comment et pourquoi ? A-t-on aujourd’hui des raisons « valables » d’avoir la haine ? Est-ce qu’à tout hasard des membres du gouvernement nous auraient éhontément menti en affirmant urbi et orbi que « porter un masque, cela n’aurait pas de sens » ou encore que « fermer les écoles serait contreproductif et même dangereux, cela n’arrivera pas » ?

Ce ne serait quand même pas très stylé d’être gouverné par des baltringues. Le nombre d’appels au 119 (Centre téléphonique contre l’enfance en danger) a augmenté de 90 % depuis le début du confinement.
Askip8, des iench9 auraient abandonné leurs animaux de compagnie de façon massive, pensant qu’ils pouvaient être vecteurs du covid-19. Les refuges n’ayant plus de visites en raison du confinement auraient ainsi augmenté considérablement le nombre d’euthanasies, faute d’espace et de moyens financiers.

Plus que jamais, Owen a la N d’assister impuissant à la déshumanisation du monde qui est train de basculer à la barbarie généralisée.

Et vous ? Auriez-vous quelque raison d’avoir la haine ?

Gilles Voirin

Gilles Voirin 

Professeur agrégé & éditorialiste



Auteur du roman Les Mots d’Owen   
  1. Expression utilisée à l’écrit (SMS) qui signifie « au calme »
  2. « bae » est l’acronyme de « before anyone else ». Prononcé « baé » ou « baî », cette expression est utilisée pour désigner le ou la petit(e) ami(e).
  3. Ce mot a plusieurs significations selon le contexte. Principalement, il peut s’agir de « être énervé », « être malchanceux », ou encore « être déprimé ».
  4. Ce mot est utilisé pour désigner son ou sa meilleur(e) ami(e).
  5. Alcatraz signifie ici « être en cours », quel que soit le niveau (de l’école à l’université).
  6. Génération Z, appelée également « Génération C » (pour Communication) correspond à tous ceux qui sont nés après 1997.
  7. Sandwich (pain Pita) à base de kebab (« viande grillée à la broche » en turc), parfois appelé Döner, accompagné en général de salade-tomate-oignon. La sauce Samouraï est un mélange de mayonnaise, ketchup et harissa.
  8. Askip, en langage jeune (SMS) : à ce qu’il paraît, apparemment, d’après ce qu’on dit.
  9. Verlan de « chien » pour désigner quelqu’un qu’on n’aime vraiment pas.