Home Actualité Catharsis – Se révéler par l’écriture

Catharsis – Se révéler par l’écriture

343
1
SHARE

Quand l’écriture se fait pansement, elle se fait aussi une véritable porte ouverte vers les autres et leurs souffrances, autant d’échos qui calment, apaisent et permettent d’avancer.

Les livres-vérité : des coups de poing en rafale

Ce sont des sorties récentes de livres très commentés qui nous ont donné l’idée de ce sujet. Tout d’abord le livre de Vanessa Springora, dans laquelle elle raconte sa relation sous influence avec Gabriel Matzneff, auteur à succès, adepte des jeunes garçons et des jeunes filles. Elle avait 15 ans.

Celui également de Sarah Abitbol, dénonçant le viol subi par son entraîneur de patinage artistique, elle était âgée elle aussi de 15 ans.

Ces deux livres ont fait beaucoup de bruit dans les médias. Le sujet du jour n’est pas tant la dénonciation de ce que ces femmes ont subi – bien entendu, nous soutenons toutes les victimes de violences sexuelles – mais la façon qu’elles ont choisi pour dénoncer : le livre, l’écriture.

Quelques soient les époques et peut-être est-ce particulièrement vraie en 2020 alors que l’exposition sur les réseaux sociaux pousse certains et certaines à dépasser leur pudeur, l’écriture a toujours été un réceptacle de la souffrance.
Beaucoup écrivent pour se soigner, peu franchissent encore le pas de la publication et de l’exposition auprès du public.

Chez Nombre7, nous sommes fiers d’avoir pu accompagner certains d’entre vous vers une libération de leur souffrance, de leur passé.

Les auteurs Nombre7 se livrent et se délivrent

Ne dit-on pas que derrière chaque livre, il y a un écrivain qui se livre ?

Peut-on construire un roman, un récit, une bande-dessinée, un album jeunesse sans rien livrer de soi ? Sincèrement, nous ne le pensons pas et à chaque fois que nous évoquons avec vous vos ouvrages, vous nous dites comme ceux-ci contiennent de vous et de votre histoire.

Catharsis

Douceurs ou terreurs de l’enfance, parcours de vie chaotiques ou non, histoires amoureuses foireuses ou heureuses … vous mettez tous quelque chose de vous dans vos écrits. Si certains vont être portés par le bonheur, d’autres au contraire livrent le pire dans des histoires poignantes de sincérité, de vérité et parfois de douleurs.

Des récits comme catharsis

Christian Haag - la catharsis d'un enfant après une tentative d'assassinat par ses parents

Nous pensons notamment à Christian Haag qui dans son roman Le murmure des Démons évoque avec beaucoup de sincérité la violence et l’abandon qu’il a connu alors qu’il étant enfant. Un véritable succès !

La catharsis - sa mère déçue refuse de le nommer- Gilles Voirin

Ou encore Gilles Voirin, qui dans Les Mots d’Owen partage avec le public l’absence d’une mère et sa reconstruction.

Owen le dit “l’oubli est passé devant moi comme une insulte qu’on ne dit pas” mais pour autant, l’oubli, s’il permet d’avancer brinquebalant, ne permet pas d’aller loin. Et seuls les mots ont ce pouvoir, celui de se redresser pour poursuivre sa route.

Hommes, femmes, les livres expiatoires n’ont pas de sexe.

Ainsi, en mars, nous vous dévoilerons le très beau roman de Jeanne Lallemand, Les Maux d’une Mère qui plonge dans l’histoire de son avortement.

Elisabeth Lafont - Auteure Nombre7 éditions

D’ores et déjà disponible Un Escalier d’Elisabeth Lafont dans lequel nous découvrons l’histoire de la reconstruction physique d’Elisabeth, très gravement blessée après un banal accident.


Catharsis

Avortement, abandon, accident, absence … autant de blessures qui se répètent à l’infini dans nos entourages et qui font forcément écho chez les uns et les autres.

Et si les parcours de vie sont différents entre ces auteurs, en eux toujours demeure la volonté de laisser derrière le pire, pour aller vers le meilleur. Une façon de matérialiser leur volonté de vivre et leur optimisme à toute épreuve.
Pour nous, une façon de comprendre, d’accompagner et peut-être de soigner les maux que nous n’avons pas su mettre en mots.

Ces témoignages sont autant de cadeaux que les auteurs nous font, eux plus courageux que nous en un instant et c’est parce que nous sommes conscients de l’importance de ces lueurs d’espoir que nous mettons autant de cœur à les accompagner dans leur chemin de réparation.

Olivia Mahieu
Rédactrice Web – Nombre7

1 COMMENT

Comments are closed.