SHARE
eschatologie

La fin du monde a toujours été un sujet dans la littérature. Ce genre littéraire a même un nom, l’eschatologie. Mais petit-à-petit, un autre nom fait son apparition. Dans les médias tout d’abord, dans la littérature à présent : la collapsologie.


Eschatologie, collapsologie … des thèmes qui inspirent les auteurs de Nombre7 !

L’eschatologie : kesako ?

L’eschatologie est le discours sur la fin du monde ou la fin des temps. Il relève de la théologie et de la philosophie en lien avec les derniers temps, les derniers événements de l’histoire du monde ou l’ultime destinée du genre humain, couramment appelée la « fin du monde » Source Wikipédia.

Notion très proche des religions monothéistes, elle porte en elle des relents ésotériques et disons-le parfois, complètement barrés à l’ouest !

La littérature eschatologique s’est appuyée sur tous les mythes qui cristallisent l’angoisse des hommes depuis la nuit des temps : le déluge, l’apocalypse, la peur du chiffre rond … et nombreux sont les apôtres de la fin des temps. Nostradamus puis Paco Rabanne pour ne citer qu’eux. Deux genres bien différents 🙂

Nous avons toujours aimé nous faire peur et la fin du monde est un sujet incroyable pour remuer nos viscères. Sauf qu’aujourd’hui, nous n’avons jamais été aussi prêt de cette fin du monde 1000 fois annoncée !

La collapsologie : kesako ?

Vous n’avez pu passer à côté de la nouvelle théorie qui fait frémir : la théorie de l’effondrement.

Le terme collapsologie est un néologisme apparu au début du XXIe siècle pour désigner l’étude de l’effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder. Source Wilkipédia

Que l’on y souscrive ou non, ça fait flipper ! Cette nouvelle théorie, basée sur les études scientifiques actuelles, prédit un effondrement de notre civilisation par effet domino.
Extinction des espèces, réchauffement climatique, augmentation des catastrophes naturelles … entraînant des conséquences pas hyper joyeuses joyeuses …
Tiens, c’est étrange mais ne voit-on pas déjà apparaître certains des effets d’enrayement de la planète . J’dis ça, j’dis rien …

Forcément, nos auteurs étant des individus avertis, ouverts sur le monde, il n’a pu leur échapper ces changements climatiques catastrophiques. Et plutôt que de ruminer leurs craintes dans leur coin, ils en ont fait des bouquins. Et ils sont drôlement – ou dramatiquement – intéressants !

Nos auteurs inquiets pour le futur

Jean-Luc Théron

Jean-Luc Théron avec “Comme un cercle dans la spirale” nous conte l’avenir noir de notre civilisation thermo-industrielle. Un récit noir, très noir mais pourtant tellement réaliste !

Un peu à l’image d’Yves Cochet, ancien ministre de l’Écologie du gouvernement Jospin, avec son essai “Devant l’effondrement” dans lequel il décrit l’avant, le pendant et l’après effondrement.


Martine Kubisz

Kim Amiano K. nous livre quant à elle un récit d’anticipation glaçant avec “En l’An 2513”. Guerres chimiques, cataclysmes planétaires … il ne reste pas grand-chose de notre planète et des hommes, en voie d’extinction, tandis que ce qu’il reste de la civilisation est aux mains des femmes.

Voilà peut-être la solution pour atténuer les effets néfastes de nos activités terrestres non ? 😉

Vous aimez vous faire peur ? Foncez ! Ce sont deux très bons livres. Que l’on soit collapsologue ou non !

Et pour se rassurer

Anim'ta Plume

Souvenez-vous de la phrase contenue dans le recueil de nouvelles issu du concours Anim’ta Plume

“tout n’est pas perdu avec un rien de bonne volonté et de persévérance”.

Nos lauréats seraient-ils de doux rêveurs ?