Une fois ses livres publiés, rendre visite aux libraires est une étape à envisager sérieusement pour pouvoir vendre ses livres. Vous pensiez en avoir fini ? Eh non, il reste encore un peu de travail ! Cette fois-ci, il n’est plus question de retravailler le manuscrit mais de le vendre ! En tant qu’auteur méconnu, il est parfois plus compliqué de convaincre les libraires de mettre ses livres en rayon. Si ce rejet est parfois dur à encaisser, il faut pourtant comprendre le point de vue des libraires afin de pouvoir proposer des solutions.

Librairies encombrées

Tant de livres à vendre, si peu d’espace à leur consacrer

C’est une réalité bien connue des auteurs : avec des dizaines de milliers de titres parus en France chaque année, le marché du livre sature et il peut s’avérer difficile de démarquer ses titres parmi tous les autres.

Cependant, si cette réalité est vraie pour les auteurs, elle l’est tout autant pour les libraires. Le marché du livre explose, mais pour autant, l’espace physique de vente, lui, ne s’est pas étendu. Le libraire dispose du même espace de vente qu’auparavant. Il doit donc faire des choix.

Bien plus qu’une logique littéraire, c’est une logique commerciale qui prime car le libraire doit s’assurer une certaine rentabilité. Ainsi, même si c’est malheureux à dire (et à entendre), un libraire va préférer mettre en avant les stocks d’un auteur qu’il — et ses clients — connaît déjà, plutôt que ceux d’un auteur inconnu, ce dernier ne lui offrant aucune sécurité en termes de promesse de vente.

 « Un auteur près de chez vous » : jouer la carte de la proximité

Pour autant, il ne faut pas baisser les bras. Il vous reste toujours des cartes à jouer auprès d’eux pour les convaincre de vous faire confiance – notamment celle de la proximité. 

L’année 2021 a été profitable pour les libraires !
Malgré la situation sanitaire ou plutôt à cause d’elle, ils ont bénéficié d’un fort soutien des lecteurs partout en France (suite à l’annonce des commerces « non essentiels », notamment) et la fréquentation des librairies est repartie à la hausse. Ainsi, ces dernières ne sont plus à la recherche de solutions nouvelles comme elles pouvaient l’être en 2020. La conjoncture a atténué la dynamique de l’effort et il faut plus que jamais faire valoir de sérieux arguments pour les intéresser à vos livres.

Les auteurs Nombre7 sont certes méconnus mais ce sont aussi des auteurs locaux. Pour le libraire, cela peut signifier de nouveaux lecteurs qui fréquenteront son commerce. La relation avec un libraire peut se construire dans le temps, et il sera plus à même de vous faire confiance si des clients viennent le réclamer en personne. Il faut donc encourager votre entourage et vos lecteurs à aller acheter votre livre dna sla librairie que vous ambitionnez d’investir.
Pour faciliter la mise en place dans les rayons et mettre en avant l’aspect local, Nombre7 vous fournit automatiquement des bracelets de couverture qui portent la mention de votre appartenance au territoire.

Ne pas oublier les rayons de la grande distribution !

Enseignes de proximité

Les librairies classiques ne sont pas les seules vers qui vous pouvez vous tourner pour créer des lieux de ventes physiques de vos livres. Les espaces culturels de grandes enseignes comme E. Leclerc, Super U, Intermarché sont très réceptifs et intéressés par la notion de proximité.

Générer de la fréquentation et de l’échange

Pour générer un flux de lecteurs, même minime, vous pouvez proposer à ces différents espaces de vente de créer des moments de rencontre et de dédicace avec le public. Cet instant est important pour vous et vos lecteurs, mais l’est tout autant pour le libraire.

Maud Lelarge
Assistante d’édition Nombre7


Gilles Arnoult

Éditeur et Directeur chez Nombre7 Editions, c'est un parcours multiple qui m'amène aujourd'hui à intervenir dans cet environnement littéraire qui m’a accompagné toute ma vie. Je suis à présent acteur de ce secteur avec un projet destiné à faire émerger de nouveaux auteurs et définir une "nouvelle frontière" pour l'édition.